María Soria, mathématicienne : « Je crains que les enfants apprennent avec l’intelligence artificielle et fassent moins d’efforts »

Quand María Soria Carro avait dix ans, son père lui dessina quelques points sur un morceau de papier et la défia de les assembler avec des bords qui ne se croisaient pas. Avec sa sœur aînée, elle s’est amusée pendant des heures à dessiner et à essayer de le résoudre, même si c’était pratiquement impossible en raison du nombre de points. «Mais nous avons passé un bon moment», confesse-t-il. C’est ainsi qu’est née sa vocation pour les mathématiques. Originaire de Barcelone, elle a étudié à l’Université Autonome de sa ville et plus tard à l’Université Autonome de Madrid. Elle a ensuite déménagé aux États-Unis pour faire sa thèse de doctorat à l’Université du Texas à Austin sous la direction du lauréat du prix Abel (le « Nobel des mathématiques ») Luis Caffarelli et Pablo Raúl Stinga, et est actuellement professeur. à l’Université de Rutgers aux États-Unis. Elle est l’une des six jeunes scientifiques qui ont reçu le prix Vicent Caselles de la Société Royale Mathématique Espagnole (RSME) et de la Fondation BBVA pour leurs avancées en mathématiques au cours de leurs premières années de carrière.

Les équations étudiées par Soria (Barcelone, 30 ans) expliquent, par exemple, pourquoi un roseau à moitié immergé dans un lac semble brisé. Ils peuvent également être utilisés en ingénierie aéronautique pour développer des matériaux composés de différentes fibres, comme ceux utilisés pour construire les ailes des avions. « Il est utile d’étudier comment certaines ondes traversent ce type de matériaux pour prédire comment ils réagiront aux impacts ou aux vibrations », souligne-t-il.

Demander. Votre intérêt pour les mathématiques est né des jeux auxquels vos parents jouaient quand vous étiez petit. Les mathématiques sont-elles encore un défi pour vous ?

Répondre. Ils restent divertissants, mais quand on arrive à un niveau avancé, il y a aussi de nombreux moments difficiles. Parfois, penser uniquement aux mathématiques peut être épuisant. Quand je vais travailler au bureau, c’est juste moi avec un stylo et un morceau de papier qui fais des maths pendant des heures. Finalement, la journée se termine et si je n’ai rien réussi à essayer, cela peut être très frustrant.

Q. Comment gérez-vous cette frustration ?

R. C’est bien pour moi de me déconnecter et de sortir avec des amis.

Q. Que pensez-vous de la représentation médiatique des mathématiciens ou des scientifiques, qui les montre parfois comme des personnes obsessionnelles ou isolées du monde ?

R. Il est vrai qu’il y a des mathématiciens qui sont peut-être trop absorbés par la résolution d’un problème et cela peut vous isoler. Comme tout est si abstrait, la perspective se perd un peu. Il existe des mathématiciens de toutes sortes et certains sont plus sociables que d’autres. Les mathématiques sont bien sûr quelque chose de fondamental pour moi, mais elles ne peuvent pas être la seule priorité. Il est important de socialiser et de faire d’autres choses, mais je comprends pourquoi ceux d’entre nous qui font partie du monde mathématique sont classés comme compliqués.

Q. Vous avez été reconnue en tant que jeune femme, qu’est-ce que ça fait de fonctionner dans un domaine où il y a habituellement plus d’hommes ?

R. Il y a toujours eu plus d’hommes que de femmes. Que ce soit dans ma carrière, au travail ou lors des conférences auxquelles je participe, les filles sont toujours en minorité. Mais je pense que c’est un problème qui s’améliore. Ces dernières années, j’ai vu beaucoup plus de femmes enseignantes qu’il n’y en avait lorsque j’étudiais et la représentation est notable. Je ne me suis jamais sentie rabaissée et cela n’a jamais été un problème d’être avec plus d’hommes, même s’il est essentiel qu’il y ait de plus en plus de femmes.

Q. Comment rapprocher les femmes des mathématiques ?

R. Il faut avant tout une représentation. Si pendant leurs études ils n’ont pas d’enseignantes avec qui il leur est peut-être plus facile de parler qu’avec un homme, cela peut être difficile. Une solution consiste à donner plus de visibilité au travail des femmes, en les intégrant aux reconnaissances et aux récompenses. Une autre bonne initiative serait d’aller dans les écoles pour donner des conférences afin de capter l’attention des plus petits intéressés. Vous devez leur faire sentir qu’ils en sont capables et qu’il existe des opportunités pour eux.

Q. Qu’avez-vous pensé des mathématiques qu’on vous a enseignées à l’école ?

R. Avoir de bons professeurs m’a aidée à poursuivre mon intérêt pour les mathématiques. Il est important d’avoir des professeurs qui aiment enseigner cette matière. L’un des problèmes que je détecte est que si un professeur n’est pas très motivé, il ne vous enseigne pas bien et n’éveille pas l’intérêt des enfants pour les mathématiques. J’ai eu la chance d’avoir des parents mathématiciens et cela m’a aidé à comprendre un peu plus, mais une fois qu’on décide de s’aventurer dans ce monde, il est important d’avoir de bons mentors.

Q. Comment s’est déroulée votre expérience en tant qu’enseignant ?

R. Les étudiants sont très reconnaissants pour l’enseignement et pour moi c’est très enrichissant.

04-10-23. (DVD1181). María Soria, Prix Vicent Caselles de Recherche Mathématique, à la Fondation BBVA de Madrid. Jaime VillanuevaJaime Villanueva

Q. Est-il courant d’abandonner un diplôme en mathématiques ?

R. De nombreux jeunes ne terminent pas leurs études car ils trouvent désormais très attractif de travailler en entreprise, surtout aujourd’hui avec l’essor de l’intelligence artificielle. Vous pouvez très bien gagner en tant que mathématicien dans ce domaine et il peut être difficile d’atteindre la stabilité dans le monde universitaire. J’ai 30 ans et j’aimerais l’avoir, mais ce n’est pas facile d’obtenir un poste permanent.

Q. Comment l’essor de l’intelligence artificielle (IA) est-il perçu dans le monde des mathématiques ?

R. Pour l’instant, il est prouvé que ce n’est pas totalement efficace. Cela ne résoudra pas un problème ouvert, par exemple.

Q. Avez-vous ressenti une préoccupation à l’égard de l’intelligence artificielle selon laquelle les mathématiques seraient une profession remplaçable ?

R. Oui, il y a eu des inquiétudes, mais au moins pour l’instant, elles ne sont pas alarmantes. En tant qu’enseignant, je n’accepte pas que mes élèves l’utilisent pour résoudre des exercices. Cela enlève le but. Je crains que les enfants d’aujourd’hui apprennent en utilisant ces outils, nous essayons moins.

Q. Les avez-vous utilisés ?

R. Je l’ai essayé, mais cela ne fonctionne pas pour mon domaine. Je l’ai utilisé pour certaines questions spécifiques en dehors des mathématiques, mais vraiment pas beaucoup.

Q. Vous avez mis en avant l’application en aéronautique, dans quels autres domaines les équations que vous résolvez peuvent-elles s’appliquer ?

R. Dans les sciences de la Terre, ils sont utilisés pour étudier l’interaction entre les océans et l’atmosphère terrestre. Et en biologie, si vous avez deux espèces de populations qui vivent dans des régions contiguës, vous pouvez observer quelle interaction il y a entre ces deux espèces.

Q. Pendant le processus de résolution de problèmes mathématiques, pensez-vous à leur application sociale ?

R. Je ne le fais pas habituellement parce que les mathématiciens théoriciens obtiennent des résultats très abstraits, contrairement à ce qui se passe dans le monde des affaires, où ils ont une application concrète. Nous ne voyons pas vraiment l’impact direct sur la société, mais lorsque nous réfléchissons à un problème mathématique, nous réfléchissons à l’endroit où il pourrait être appliqué et à son utilité. C’est vrai qu’en tant que mathématicien on peut se perdre un peu dans l’abstrait et parfois il est bon d’avoir une approche concrète et dans ce cas, une motivation peut être de réfléchir à son éventuelle application.

Q. Qu’est-ce que les mathématiques pour vous ?

R. Ils sont une langue. Ils servent à décrire le monde qui nous entoure. Ils font partie de ma vie, j’ai grandi avec eux et maintenant c’est aussi mon métier. C’est un monde merveilleux.

Q. Qu’est-ce que vous aimez le plus chez eux ?

R. J’aime qu’ils soient exacts. Ils disent la vérité et ne sont pas subjectifs. Ils sont partout et derrière de nombreux domaines. En science, de la biologie à la chimie, les mathématiques sont nécessaires.

_